Episode 7 : Les envahisseurs doivent mourir

Toi qui entre ici, abandonne toute morosité et bienvenue dans le GrohlCast, l’émission consacrée à Dave Grohl, multi-instrumentiste hyperactif qui a participé à des dizaines de projets. Plus de trente ans de carrière passés au crible par nos deux experts Grohlement bien renseignés : Benjamin François et Stéphane Bouley.

Avec ce septième épisode le Grohlcast  a voulu rendre hommage au récemment disparu Keith Flint en parlant du groupe dont il était le visage et l’une des voix : THE PRODIGY. Dave Grohl est un fan des anglais de THE PRODIGY depuis le milieu des années 90 et c’est sur l’album INVADERS MUST DIE qu’ils finiront par jouer ensemble. INVADERS MUST DIE est loin d’être le disque le plus intéressant ou abouti de THE PRODIGY mais c’est là notre excuse pour vous parler de cette formation qui a participé à changer radicalement la scène électronique au début des années 90. Pour nous accompagner dans cette odyssée nous avons demandé l’aide de notre grohl de camarade Prodigy_rm (qui twitch, entre autre, du Brutal Doom ici), dont le pseudonyme ne laisse que peu de doute sur les affinités avec le sujet de ce septième épisode.

Grohl écoute à tous !

4 réponses sur “Episode 7 : Les envahisseurs doivent mourir”

  1. Génial, grand fan de Prodigy, The Fat of the Land étant un de mes albums préférés all time et tous styles confondus, j’ai super hâte d’écouter cet épisode. Merci pour ce petit spécial.

    R.I.P. Keith Flint

    1. Merci pour ce nouvel excellent épisode, dans lequel vous avez probablement battu votre record de durée d’extraits, ça m’a bien fait plaisir !
      Aussi un grand merci pour le mashup David Sébastien, énormissime ! Et d’ailleurs je n’étais visiblement pas le seul Grohlcastiste, d’après les commentaires YT 🙂

      Même s’il n’a que peu participé à l’audio du groupe, on n’oubliera jamais Keith, le Heihachi Mishima de l’électro.

  2. Une fois de plus, vous m’avez donné envie de me replonger dans plein de groupes et d’albums — et là, je pense que Music for the Jilted Generation va tourner sur mon Spotify aujourd’hui 🙂

    Un truc cependant, que j’ai déjà noté dans de précédent épisode : vous n’annoncez jamais quand on passe au morceau suivant. Du coup parfois l’extrait du morceau est lancé juste après avoir fait référence à un autre groupe ou morceau — et on ne sait plus trop ce que l’on écoute.
    Typiquement Kwyxz lance une blague sur un remix de Imagine Dragons, un extrait audio est lancé, et vu que je ne connais que très peu Invaders Must Die, je ne sais pas s’il s’agit du morceau de Imagine Dragons ou la piste suivant de l’album de The Prodigy. Nœuds de cerveau !
    D’autant que Papa enchaîne généralement l’extrait d’un album avec « On passe à XXX, piste 7 de YYY, … » : pour limiter les nœuds, ce serait cool de lancer l’intro du morceau suivant AVANT de lancer son extrait 🙂

    Merci, bon courage pour les 238 albums suivants auxquels Dave a participé !

  3. Hello messieurs,
    merci pour cet épisode de grande qualité et de manière générale pour me faire découvrir des choses.
    Et ce même si je ne partage pas forcement vos avis.
    Ici c’est le cas. Bien que vous vous en défendez vous avez bien une posture « Vieux cons, c’était mieux avant ». Ce n’est pas une critique, j’en fais autant ^^
    Invaders Must Die, je dois l’apprécier pour de mauvaises raisons, question de contexte je suppose.
    Je vous trouve vraiment dur, je viens de me refaire tout Prodigy pour le plaisir et la fameuse mouche qui pète je la retrouve sur chaque album. certes pas autant que sur IMD, mais tout de même ce n’est pas neuf.
    De plus, je ne partage pas votre analyse sur la tentative de refaire The Fat of the Land. J’ai plutôt l’impression qu’ils ont opéré une migration vers un son salle de concert fermé plutôt que le studio, le festoche ou la rave. Par exemple, The Day is my Enemy m’a semblé bien fade à l’écoute et vraiment fort et vivant en live en petite salle.
    Je les ai vu à trois reprises ces dernières années et c’est vraiment autre chose dans une salle fermée. C’était bon en 2014 à Rock en Seine, mais on a effectivement l’impression qu’ils font du service après vente (mais bon Rock en Seine c’est un festoche de merde ou tout le monde tir la tronche sur scène et dans le public), alors qu’en salle il y a plus de fun.
    Je ne partage pas non plus l’avis de Kwyx, le concert de Prodigy c’est aussi les harangues des deux leads et le contact physique violent dans le pogo au premier rang.
    Enfin, avec tout ça, je me demande ce que vous avez pensé du dernier qui m’a semblé plus revenir vers un son des 90’s.

Répondre à di-stephano Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.